Dynamique de changement de l’arganeraie entre sur-usage et mutations sociales : une opportunité d’équilibre socio-écologique ?

Farid El Wahidi, Ronald Bellefontaine, Ponette Quentin, Pierre Defourny

Abstract


Detecting and characterizing forest cover change over time is the first step towards the identification of driving forces and understanding their mechanisms. Using remote sensing data and socio-economic surveys, this work tries to understand man-environment interactions in the Haha argan forest (14.7 % of the entire Moroccan argan forest). It consists, in a first step, on detecting and characterizing forest cover changes. The second step seeks to link the estimated change to specific factors from the analysis of traditional land management and demographic, socio-economic dynamics in the study area. The obtained results contribute to clarify the ambiguous speech around the argan forest degradation, at least in the mountain and along the Atlantic band. It implies a small rate of decline in forest area, barely exceeding a rate of 0.2% between 1993 and 2006. As for the stumps density, it almost does not decrease (averaging 0.6 stump/ha between 1984 and 2006). These changes, often subtle, are observed in 96.5% in the common area (mouchaa) for free use and not submitted to the traditional land management regulation (agdals) set by the local community. The Haha argan forest is experiencing a long-term of ecological dynamic change corollary to a demographic, social and economic dynamics so called favorable to its preservation. Nevertheless, it suffers from a qualitative degradation and a dysfunction of natural processes limiting any restoration dynamic and making questionable the reliability and the sustainability of this agro-ecosystem.


Détecter et caractériser les changements du couvert forestier au fil du temps est la première étape vers l'identification des forces motrices et la compréhension de leurs mécanismes. Ce travail consiste, en combinant données de télédétection et enquêtes socio-économiques, à construire une image de l’ensemble des interactions homme-environnement autour de l’arganeraie des Haha (sud-ouest marocain). Il s’agit dans une première étape, d’estimer le rythme et connaître le type de dégradation des forêts. La seconde étape, consiste à relier les estimations de ces dynamiques de changement à des facteurs précis issus de l’analyse des modes de gestion coutumière et aux dynamiques démographiques, sociales et économiques dans la zone d’étude. Les résultats obtenus permettent de préciser le discours ambigu autour de la dégradation de l’arganeraie, du moins celle de montagne, le long de la bande atlantique. Ils impliquent un faible rythme de régression de la surface forestière ne dépassant guère un taux de 0.2 % entre 1993 et 2006. Quant à la densité des souches, elle décline de moins d’une cépée (en moyenne 0.61) à l’ha sur 22 ans. Ces changements, le plus souvent ponctuels, sont observés essentiellement (96.5 %) en domaine commun (mouchaa) à usage libre échappant au règlement de la gestion coutumière imposé par la communauté riveraine. L’arganeraie des Haha connaît une dynamique de changement à long terme corollaire d’une dynamique démographique, sociale et économique supposée favorable à sa préservation. Néanmoins, elle souffre d'une dégradation qualitative de ses individus et d’un dysfonctionnement des processus naturels contraignant toute dynamique d’autoréparation écologique et rendant discutable la fiabilité et la durabilité de la forêt paysanne.

Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.12895/jaeid.20142.210