Domestication de Vitex doniana Sweet. (Verbenaceae): influence du type de substrat, de la stimulation hormonale, de la surface foliaire et de la position du nœud sur l’enracinement des boutures uninodales.

Mapongmetsem Pierre Marie, Djoumessi Marie Constantine, Yemele Tonleu Myriam, Fawa Guidawa, Doumara Guidaoussou David, Noubissie Tchiagam Jean Baptiste, Avana Tchientcheu Marie Louise, Bellefontaine Ronald

Abstract


 

Résumé: La zone des hautes savanes guinéennes du Cameroun regorge de nombreux produits forestiers non ligneux de haute valeur ajoutée au rang desquels Vitex doniana Sweet. est une essence fruitière très valorisés par les populations locales. Malgré son importance dans le milieu paysan, elle vit encore à l’état sauvage et rares sont les travaux scientifiques qui se sont intéressés à sa domestication et sa culture. Afin de contribuer à sa domestication, une série de trois essais en pépinière ont été conduits pour évaluer l’effet du substrat (mélange terre noire/Sciure, terre noire/sable et sable sciure), de l’auxine (Contrôles, les boutures traitées à l’AIB), de la surface foliaire(0, 183, 214, 234 et 642 cm2) et de la position du nœud (N1,N2, N3, N4 et N5) sur l’enracinement des boutures juvéniles de V. doniana. Les résultats montrent que les substrats terre noire/sable et terre noire/sciure sont les plus performants pour l’enracinement à la sixième (0,0204<0,05), septième (0,0066<0,01) et huitième semaines (0,0248<0,05). La surface foliaire ainsi que la position du nœud influencent significativement (0,000 < 0,001) l’aptitude d’enracinement des boutures. L’enracinement le plus élevé (65,57%) est enregistré chez les boutures ayant une surface foliaire égale à 234 cm2. S’agissant des boutures prélevées aux positions 2 et 3, le taux d’enracinement est de 68,31 % et 61,32% respectivement. Le plus important nombre de racines (5) par bouture est obtenu avec la même surface foliaire et du nœud de la position 2 (7 racines) tandis que la plus longue racine est enregistrée chez les boutures ayant 182 cm2 (5,7cm) et à la position 2 (4,58 cm). Ces résultats suggèrent qu’il est possible de développer les clones génétiquement supérieurs de Vitex doniana pour une utilisation en agroforesterie comme source potentiel de produits forestiers non ligneux.

Mots clés: Domestication, Fruitier local, Multiplication végétative, Aptitude d’enracinement, Facteurs d’enracinement, Boutures de tige.

 

Abstract: The High Guinean Savannahs zone is diversified in species producing non wood forest products among which Vitex doniana Sweet. is an indigenous fruit tree valued by the local population. However despite its importance in farmer backyard, it is still in the wild and there has been little effort to domesticate or cultivate it. In view to introduce it in the farmer existing production system, a series of nursery experiments were undertaken to access the effects of rooting medium (Soil/sawdust, Soil/Sand, Sawdust/Sand), auxin (treated with AIB and untreated), leaf area (0, 183, 214, 234 et 642 cm2) and node position (N1, N2, N3, N4 and N5) on rooting success of juvenile stem cuttings of V. doniana. The results showed that dark soil/sawdust and dark soil/sand were the most performing substrates from the sixth (0.0204<0.05), seventh (0.0066<0.01) to eighth (0.0248<0.05) weeks. Leaf area unlike node position affect significantly (0.000 < 0.001) the rooting ability. The highest rooting percentage (65.57%) is obtained with the leaf area of 234 cm2. For the node position, the position 2 and 3 yielded maximum rooting (68.31 %) and 61.32% respectively. The highest number of roots/cutting was obtained with 234 cm2 (5) and node 2 (7) whereas the longest root was obtained in 182 cm2 (5,7cm) and node 2 (4,58cm). The results suggest that it is possible to develop clones of genetically superior trees of V. doniana for use in agroforestry as potential sources of non timber forest products.

 

Key words: Domestication, Local fruit tree, Vegetative propagation, Rooting ability, Rooting factors, Stem cutting.


Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.12895/jaeid.20121.50