Ajustement de la courbe de lactation de la chèvre locale dans les zones arides Tunisiennes

Ilyes Mekki, Najari Sghaier, Amor Gaddour

Abstract


Les performances laitières de la chèvre locale dans les zones arides tunisiennes dépendent des capacités génétiques de l’effet des conditions du milieu et du mode de conduite des troupeaux. L’objectif de cette étude est d’analyser les performances laitières de la chèvre locale en fonction de ces facteurs à travers l’ajustement de la courbe de lactation. De telles connaissances sont indispensables pour planifier la gestion raisonnable de cette ressource animale rustique dans des conditions naturelles difficiles.
Les données utilisées pour cette étude sont issues de 10 campagnes de contrôle laitier réalisé au niveau d’un troupeau caprin expérimental conduit dans les régions arides. Suite à l’élaboration des données, l’application des procédures de régression non linéaire a identifié le modèle de Wood comme le plus adaptée pour l’ajustement de la courbe de lactation de la chèvre locale. Ce modèle a été appliqué pour estimer les paramètres de la lactation individuelle et l’étude des facteurs de variation. Les résultats d’ajustements des données montrent que la lactation de la chèvre locale évolue après la mise bas selon une trajectoire assez aplatie. Les performances de la chèvre locale sont assez réduites et similaires à celles observées pour des populations élevées dans des zones difficiles tunisiennes de point de vue climatique et pastorale. La moyenne de production initiale observée est de 720 g/j, le pic de lactation est observé au 17ème jour lorsqu’une chèvre produit en moyenne 980g/j. La réduction des potentialités laitières de la chèvre locale illustre les effets du processus de sélection naturelle qui a favorisé l’adaptation aux conditions difficiles des régions arides. Les résultats contribuent à la caractérisation de la chèvre locale et à la planification de son amélioration comme étant une ressource génétique locale et rustique.

Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.12895/jaeid.20111.11